Tango et Samba: frères et afro-descendants

Introduction

Avant d’être art et technique , la danse est une forme de communication avec autrui, une communication non verbale avec laquelle le corps essaie d’exprimer ses émotions, désirs et aspirations au travers des mouvements ( PONTES 2011) . Quelle que soient les façons de traduire , danser est un moyen d’exprimer ses fonctions vitales (RIED 2003).

L’être humain a commencé à danser bien avant l’usage de la parole au travers de mouvements réalisés au rythme naturel de ses émotions. Les premiers vestiges de l’origine de la danse ont été retrouvés sur les murs de cavernes préhistoriques peintures et sculptures rupestres (FAHLBUCH, 1990). La danse, entre toutes les manifestation de vie, est un des arts qui a laissé le plus de marques significatives au cours de l’histoire.

Depuis l’aube de l’humanité, l’homme danse pour exprimer ses sentiments et émotions. Au début ,les danses étaient individuelles et en relation avec la conquête amoureuse. Puis, aux origines de la civilisation apparurent les danses collectives qui étaient dirigées vers les forces supérieures ou les esprits, pour le succès des expéditions guerrières ou de chasse, pour demander le beau temps ou la pluie ou encore pour remercier les dieux (REGERT 2007).Tres certainement, l’homme ne s’est pas rendu compte qu’avec le temps qui passait ces exercices rythmiques et répétitifs se sont transformes en mouvements tres valorisants pour les générations suivantes. (FABIANO, 2009) .

Depuis le début des civilisations jusqu’à ce jour, la danse a fait partie integrante de la vie de l’homme, exerçant une forte influence dans le développement et l’affirmation de l‘identité d’un peuple; (GRANGEIRO, 2014). Avec l’influence de chaque époque , avec le temps qui passait, les formes d’expression de la danse ont changées. Aujourd’hui la danse est perçue pour sa valeur personnelle, comme un art ,beaucoup plus que la seule expression des émotions (REGERT, 2007).

La danse comme activité sociale, initialement pratiquée par l’aristocratie et la noblesse, est apparue en Italie durant le Moyen Age et la Renaissance au XVieme siècle. Puis avec l’apparition des premiers professeurs de danse et de l’étiquette, il a fallu former les jeunes nobles aux formes raffinées de comportement afin d’être acceptés dans leur société; (REGERT, 2007).

Un siècle plus tard, déjà au XIX siècle, la danse faisait partie des réunions de la noblesse. Dans ses salons, les danses de salon qui génériquement étaient appelées danses sociales , ont commencé à être pratiqué en couple, danses ou reunions de nobles. Danses qui n’étaient pas considérées comme des activités de vieux et d’un autre temps! En ces temps, les danses de salon faisaient partie intégrante de l’éduction de l’aristocratie, pendant que les classes ouvrières dansaient des danses populaires (ALMEIDA, 2005).

Dans les différentes modalités de danser, sont appelé danses de salon , les danses pratiquées en reunion publiques, toujours dansées en couple. L’apprentissage des danses de salon étaient une partie de l’éducation des jeunes, quand le menuet, la polka, la mazurka et après les valses ont eu leur grande époque . De ce fait, les danses de salon, encore appelées danses populaires, sont les plus récentes en comparaison des autres types de danse (CARBONERA; CARBONERA, 2008).

En ce XXIieme siècle, la danse de salon comprend une diversité de genre, ce qui correspond aux aspirations d’une population plus âgées et qui désire une vie pleine et heureuse ( ALMEIDA , 2005 )
...




Auteur: Rubens Pantano Filho - Diplômé en physique et doctorat en génie et science des matériaux, professeur à l'Institut Fédéral de l'Education de la science et de la technologie à São Paulo.
Co-auteur: Maria Angela Lourençoni - Diplômée en orthophonie, Doctorat en Psychologie, professeur à l'Université Paulista – UNIP São Paulo.
Traduction: Myriam Senes Présidente association Color Tango - Maestra EAT Buenos Aires - Docteur en Médecine Faculté de Marseille La Timone.