“Cuando hay una pasión no hay razón”. Quand il y a une passion n’existe pas la raison.

Et tout ça commence avec 8 pas de base. Arrière, gauche, avant, avant, avant, avant, droit et ensemble.  

Rien de plus simple pour se trouver un jour, plein de joie à Buenos Aires, la Mecque du tango. La ville époustouflante de vie nocturne, de tangos syncopés, des rythmes d’ une autre époque, celle de la « vieja guardia » y des sonorités la nôtre dans le « tango nuevo ».

Et moi avec ma nouvelle paire de chaussures pour me mesurer, sur tout avec moi-même. Il ne faut pas trop rêver. Au moins pour l’instant. 

Jours de travail dans le cours de tango avec des maestros de la danse, et moments de joie les soirs dans les milongas.

Et s’il y on a trop mal aux pieds, rien de mieux que s’asseoir à table et se faire plaisir.

Et en fin, le summum de l’art qui arrive, le Championnat du monde de Tango. Chevaliers aux costumes impeccables et cavalières pleines de beauté et sensualité.  Les premières notes de la musique sonnent, et c’est parti pour des figures et arabesques improvisées.

Homme et femme comme les deux branches d’un compas se suivent face à face pour se compénétrer dans le rythme ou la mélodie au gré de sa volonté d’exprimer.

La passion du contrebas et du bandonéon.

  F C J y G C J

 


Et nous voilà tous réunis à l’aéroport de Cayenne. Heureux comme des enfants.

En route pour la grande aventure. Destination : l’école de Tango Argentin de Buenos Aires.

Nous sommes partis le cœur léger, sans appréhension, d’une confiance naïve, totalement conscient de notre petit niveau de danse mais emplis d’une véritable soif d’apprendre, animé d’une folle envie de progresser.

En Argentine, le tango, patrimoine culturel mondial de l’humanité, est présent partout : dans les rues de la ville, sur les quais du métro, dans les bars, les boutiques…, l’architecture avec la pont de la ballerine ; et bien sûr, oui bien sûr les nombreuses milongas diverses et variées : La Nationale, le Club Gricel, haut lieu mythique du tango…, chacune avec son ambiance propre.

Pour nous, le véritable trésor de l’Argentine est l’école de danse qui est très vite devenue notre résidence secondaire. Qu’elle ne fut pas notre surprise lorsque dès le premier cours, nous avons réalisé immédiatement que l’enseignement délivré par Claude et Myriam, nos deux maestros guyanais préférés, s’inscrit dans la droite ligne de celui dispensé par cette école. Finalement, nous n’étions pas en terre inconnue !

Et puis, nous connaissions déjà Alejandro « Turco » SUAYA, auprès duquel nous avons passé beaucoup d’heures à étudier les techniques de tango salon, de tango traditionnel et milonguero, de musicalité et de tango nuevo. Et puis, nous n’avons pas pu résister au désir de découvrir la milonga avec Jorge FIRPO (oui madame !) et Démian GARCIA (que nous admirons), la valse et la qualité des mouvements et des figures avec Démian, sans oublier la technique féminine avec Aurora LUBIZ et Gisela VIDAL.

Auprès de chacun d’eux, nous avons beaucoup appris mais maintenant, il nous faut digérer et intégrer l’enseignement reçu. En un mot, travailler et encore travailler. Travailler régulièrement.

L’enseignement dispensé à l’école est de grande qualité. Les cours sont donnés en espagnol et en anglais. Bien que ne parlant pas la première et mal la seconde, le côté expressif et particulièrement démonstratif des maestros ont levé ce handicap. Nous nous sommes promis d’apprendre la langue pour notre prochaine visite.

Nous remercions Claude et Myriam de nous avoir menés en Argentine.

Nous remercions l’école de tango argentin de Buenos Aires de nous avoir accueillis et tous les maestros et maestras que nous avons côtoyés et qui ont su partager avec nous leur passion.

J C y J S

 

Je suis totalement débutante en Tango argentin. Ce séjour a été très formateur. Nous avons eu l’opportunité d’avoir des classes de techniques avec des Maestro et Maestra reconnus en Argentine, au Centre Borges, ainsi que recevoir l’émotion des cavaliers argentins au cours des Milongas. Durant ce séjour, le Tango a  permis de rassembler des danseurs d'origines  diverses comme des nationalités Italienne, Chilienne, Américaine, Anglaise, Paraguayenne, Chinoise, et Française. Des rencontres formidables.

 Aussi, nous avons assisté au show du mondial de Tango de Buenos Aires. ...un magnifique défilé de superbes tenues...et un niveau d’exécution qui fait rêver !

 Enfin, je remercie chaleureusement Turco SUAYA pour sa pédagogie malgré la barrière de la langue et pour l’émotion qu’il dégage, qu’il transmet au cours de son interprétation musicale.

Je conclurai ce petit mot en adressant mes remerciements à Myriam et Claude pour ce magnifique voyage mais surtout pour ce courage.

 

FG


 

A SUIVRE....